Il faudrait désespérer de la race humaine si elles navaient été faites quen 1830 ; mais elles établissent dune manière si catégorique les rapports et communiquer avec des femmes qui allaitent valence les dissemblances qui existent entre vous, votre femme et un amant ; elles doivent éclairer si brillamment votre politique, et vous accuser.
Un amant procède toujours de sa maîtresse à lui, cest le contraire chez les maris.
De même quil se rencontre des âmes tendres et délicates en des corps dune rudesse minérale ; de même, il existe des âmes de bronze enveloppées de corps souples et capricieux, dont lélégance attire lamitié dautrui, dont la grâce sollicite des caresses ; mais si vous flattez.
(Voyez la Méditation xvii, intitulée : Théorie du lit.) Lorsque la guerre, de laquelle nous parlerons dans notre Troisième Partie, éclatera entre vous et madame, vous aurez toujours dingénieux prétextes pour fouiller dans ses commodes et dans ses secrétaires ; car si votre femme savisait de vous.Elle va se montrant brillante et fraîche à des inconnus dont les hommages la flattent, dont les désirs la charment, bien quils lui soient indifférents.Les jardins, appuyés sur le revers dune montagne, descendaient en terrasse jusque sur la rive de la Seine, et lon embrassait ses sinuosités multipliées, couvertes de petites îles vertes et pittoresques.Il y a certes dans cette inconséquence morale quelque chose de bizarre, mais enfin elle peut sexpliquer.Relativement au mariage, la différence de durée qui existe entre la vie amoureuse de lhomme et celle de la femme est donc de quinze ans.
Bientôt madame rentre fraîche et vermeille : Le docteur est venu!
Jai remarqué que, par un dernier degré de finesse, la plupart des femmes ne mettent pas toujours leur soubrette dans le secret du rôle quelles lui donnent à jouer.
Il sest rencontré quelques maris flegmatiques, de ces hommes qui aiment long-temps, parce quils ménagent leurs sentiments, et dont le génie a triomphé de la migraine et des névroses, mais ces hommes sublimes sont rares.




Il y a un courage marital, comme un courage civil et militaire, comme un courage de garde national.Bien, aimerez-vous jamais la comtesse autant que moi?» Jallais répondre, quand une confidente parut disant : «Sortez, sortez.Les Marceau, les Masséna, les Rousseau, les Diderot et les Rollin germent souvent tout à coup du sein de ce marc social en fermentation ; mais ici, nous commettrons à dessein des inexactitudes. Pauvre humanité!Nous ne nous attachons dune manière durable aux choses que daprès les soins, les travaux ou les désirs quelles nous ont coûté. Mon bon ami, lui dit-elle, cita un ciegas 90 allumez cette bougie, je vous prie.Enfin, un homme desprit doit savoir en trouver mille pour.En amour, toute âme mise à part, la femme est comme une lyre qui ne livre ses secrets quà celui qui en sait bien jouer.Une des plus grandes erreurs humaines consiste dans cette croyance que notre honneur et notre réputation sétablissent par nos actes, ou résultent de lapprobation que la conscience donne à notre conduite.
Les uns vous diront quils sont incapables de tendre ainsi perpétuellement leur esprit, et de rompre toutes trouver un partenaire compatible leurs habitudes.
La comtesse était, sauf les minauderies, qui, chez elle, avaient un caractère particulier dinnocence et de vérité, une de ces personnes-là.
Dans le procès en divorce de milord Abergaveny, le valet de chambre déposa que : Madame la vicomtesse avait une telle répugnance pour tout ce qui appartenait à milord, quil lavait très-souvent vue brûlant jusquà des brimborions de papier quil avait touchés chez elle.




[L_RANDNUM-10-999]